Les Magical Girls

Par le 17 juillet 2020
Les Magical Girls en bande avec Sailor Moon !

Si vous connaissez un tant soit peu la culture japonaise et plus particulièrement tout ce qui touche au manga, le terme « magical girls » (mahō shōjo) devrait vous être familier. Comme les « mecha » » ou « nekketsu », il s’agit d’un sous-genre de manga. Celui-ci met en scène des jeunes filles dotées de pouvoirs magiques (jusque-là, on s’en doutait). Si le genre « magical girl » est extrêmement populaire dans les mangas « classiques », on le retrouve aussi dans les webtoons. Ces derniers s’approprient de plus en plus certains codes du manga japonais pour les adapter à leur format en ligne.

Un peu d’histoire…

Le concept de la « magical girl » fait son apparition dans les années 1970, avec la série d’animation des studios Toei, Sally la petite sorcière. Sally, une petite sorcière venue d’un royaume magique, ne rêve que d’aller sur Terre. Un jour, par accident, elle se retrouve envoyée là-bas, et sauve deux filles de son âge de la menace de voleurs. Elle décide alors de rester sur Terre indéfiniment, et de se faire passer pour une humaine tout en continuant à utiliser ses pouvoirs en secret. Sa décision entraîne évidemment bon nombre de péripéties…

Pendant vingt ans, le genre « magical girls » connaît un succès de plus en plus déclinant, jusqu’à la sortie de Sailor Moon, qui en offre une réinterprétation aujourd’hui connue sous le nom de « magical sentai ». Contrairement au genre initial, les séries « magical sentai » impliquent que l’héroïne ne soit non plus solitaire mais accompagnée d’un groupe d’amies, toutes dotées de pouvoirs magiques. Par la suite, fort de son succès, le « magical sentai » se développe et donne naissance au « magical guntai », qui cette fois met en scène non plus un petit groupe mais de véritables armées de magiciennes.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le genre « magical girl » est considéré comme un sous-genre du manga de fantasy, et peut-être catégorisé shōjo comme shōnen ou même seinen. Puella Magi Madoka Magica, par exemple, une série d’animation signée Shaft et Aniplex, est connue entre autres pour son côté sombre et psychologique, proche de l’horreur ou du thriller (rien à voir, donc, avec les premières séries de « magical girls », qui mettaient plutôt en scène des univers adaptés aux jeunes enfants).

Magical Girls
Magical Girl Lyrical Nanoha

À noter que la « magical girl » n’est plus uniquement propre aux mangas ; on retrouve ce concept dans le manhua (bande-dessinée chinoise ou taïwanaise), mais aussi dans le webtoon. Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX, par exemple, est un manhua taiwanais qui met en scène trois « magical girls », invisibles aux yeux des humains lorsqu’elles utilisent leurs pouvoirs. Chacune poursuit un but précis ; Sakura, l’héroïne, souhaiterait devenir humaine ; Airman ne cherche qu’à protéger sa ville ; Métanonne veut simplement conserver ses pouvoirs et répandre la justice.

Au cours d’une de leurs disputes habituelles (le trio est en concurrence permanente), elles se retrouvent soudainement exposées aux yeux des humains, et vont devoir payer des frais de dédommagement vis-à-vis des dégâts qu’elles ont provoqués. Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX est un exemple de « magical girls » qui renverse les codes habituels du genre en proposant une interprétation non plus basé sur des petites filles modèles mais des adolescentes loin d’être parfaites, qui doivent faire face aux conséquences de leurs actes irréfléchis.

Don’t Call Me Magical Girl, I’m OOXX est disponible en français aux éditions Chattochatto.

Les webtoons « magical girls »

Rassurez-vous, si vous êtes fan de webtoons et de « magical girls », ce n’est pas ça qui manque (à condition de parler anglais). Sur l’application Webtoons de Naver, on trouve des dizaines d’œuvres qui reprennent les codes de ce genre ; Modern Magical Girl, Kakikomi Magical Girl, I Am A Magical Girl, Least Likely Magical Girl… (oui ça fait beaucoup de « magical girl » tout ça). Si vous cherchez des webtoons en français, il va en revanche vous falloir fouiller un peu plus en profondeur. Pour l’instant, il n’existe pas beaucoup d’œuvres de ce genre sur les différentes plateformes en langue française. On peut citer Héroïne un jour, Héroïne toujours !, disponible sur Delitoon, ou encore Hyper Ultra Giga Magical Quest, qui reprend le genre dans un style fun et humoristique.

Hyper Ultra Giga Magical Quest

Et vous, y a-t-il des webtoons « magical girls » que vous avez aimé et que vous aimeriez partager ? Dites-nous tout dans les commentaires !